Opacité, bluff, et désinformation… ou le fonctionnement normal de la municipalité de SEINGBOUSE.

Lors de la campagne électorale municipale de mars 2014, madame la Maire s’engageait à gérer la commune en toute transparence, en étant à l’écoute de chacun et en informant régulièrement la population.

Un peu plus de deux ans après son élection, que reste-t-il de cette promesse ? Les derniers événements démontrent que le comportement de notre édile est en totale contradiction avec ses engagements.

Que s’est-il passé pour qu’elle se désavoue de la sorte ? A-t-elle des choses à cacher ?

Opacité

Lors de la présentation du compte administratif de 2014 au Conseil Municipal, au printemps 2015, la Maire, en présence de la représentante du trésor public a refusé de répondre à mes demandes de précisions sur les dépenses de la Commune. Elle affirmait alors que rien ne l’obligeait à traiter mes interrogations.

Après insistance de ma part, elle finit par m’indiquerqu’elle n’avait pas à rendre de compte du moindre centime dépensé dans la commune. Voilà qui est dit !

Pour la présentation du compte administratif de 2015, j’ai choisi de procéder de manière plus protocolaire. Préalablement à la réunion du Conseil Municipal, j’ai adressé un courrier à Mme La Maire dès réception du document à consulter. L’objet de cette lettre était d’obtenir des éclaircissements sur les comptes de la Commune. Ainsi, Mme Celka pouvait préparer ses réponses pour la séance du conseil municipal.

A l’ouverture de la séance du conseil municipal, le 17 février 2016, avant de céder la présidence au premier adjoint, la Maire a expliqué qu’elle n’avait pas eu le temps de traiter mon courrier. Malheureusement, l’histoire s’est répétée. La Maire n’a pas répondu à mes demandes. Face à son refus, je décidais, en signe de protestation, de quitter les débats.

Le 13 avril 2016, le Conseil Municipal est à nouveau convoqué notamment pour le vote du budget.

A l’ouverture de la séance, madame La Maire fit savoir qu’elle n’avait toujours pas eu le temps de répondre à mon courrier mais qu’elle envisageait de le faire rapidement. Face à tant d’indifférence et de mépris, je quittais à nouveau la séance en signe de protestation. Avant de sortir, je lui remettais en main propre mes commentaires sur le budget et son comportement et je l’informais que j’allais probablement saisir les autorités de tutelle pour leur signaler cette situation. Elle resta impassible et répondit : « vous n’avez qu’à saisir, on verra bien… »

Lors de la réunion du 1er Juillet 2016,  madame la Maire confirma qu’elle n’avait toujours pas traité mon courrier reçu pourtant début février de la même année. Selon ses mots, elle n’avait pas encore trouvé le temps !

Une nouvelle fois, je lui présente un écrit l’interrogeant sur son refus d’apporter des réponses au sujet du budget municipal. Je demande également si mes protestations ainsi que mes observations sont inscrites comme incidents de séance au compte rendu ou au procès-verbal des réunions du conseil. Sa réponse pour le moins surprenante est sans appel : « NON ! ».

A ce jour, je n’ai toujours pas de réponse à mes questions écrites début février ! Je me demande vraiment, et à travers moi l’opposition municipale, quelles sont les raisons de ce blocage. Pourquoi madame la Marie et sa majorité refusent ne nous informer et ainsi d’informer ses administrés. Pourquoi exprime-t-elle un tel mépris envers un groupe du Conseil Municipal qui représente tout de même 40% des électeurs ? Le Marie d’une Commune ne doit-il pas s’adresser à l’ensemble de ses administrés ?

Illusion

Avec l’article paru le 22 juillet 2016 dans les pages du Républicain Lorrain, madame la Maire de Seingbouse veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Il est exact que lors de la réunion du 13 avril 2016, Madame la Maire, convaincue de la dangerosité de l’utilisation des compteurs Linky, argumentant d’études et de démonstration de diverses associations anti- linky, a rallié les conseillers présents à ses convictions par un vote unanime contre l’utilisation de ce matériel.

Lors du contrôle de légalité, cette délibération n’a pas été validée ; il semble qu’elle était entachée d’illégalité.

Madame La Maire décide alors de remettre ce point à l’ordre du jour de la réunion du 1er juillet 2016.

Alors que l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail n’a pas encore rendu son étude sur le sujet, la méfiance de Mme Celka sur les compteurs Linky a complètement disparue. Lors de cette séance, il n’a plus été question de la dangerosité de ce dispositif ou de la nocivité des ondes émises. Dans une nouvelle démonstration totalement contraire à celle du mois d’avril, madame la Maire réussit à faire voter tout son groupe pour l’installation de compteurs Linky.

Par l’intermédiaire de l’article précité, Mme Celka tente de se placer en victime et veut faire croire aux lecteurs et à la population du village qu’elle a été contrainte par l’autorité de tutelle d’accepter ces nouveaux compteurs. Hors selon les faits énoncés par le journaliste, une simple rencontre avec la directrice territoriale d’ErDF a provoqué le vote d’une nouvelle délibération.

Pire, dans cet article, l’auteur laisse entendre que Mme La Maire n’est pas convaincue par l’installation des compteurs Linky et cite : « j’ai préféré abandonner ».

La mise en place des compteurs Linky est peut-être dangereuse. Dans ce cas, la Maire de Seingbouse avait raison de refuser cette technique.

Il semble que Mme Celka n’est pas allée au bout de ses convictions au simple prétexte qu’elle n’est pas procédurière. Refuser d’utiliser tous les moyens légaux disponibles afin de protéger la santé de ses concitoyens est irresponsable. D’autres communes font preuve de résistance et jusqu’à présent, l’installation de ces compteurs n’a pas été imposée juridiquement.

L’affirmation que la commune a été contrainte d’accepter cette technique est mensongère et lamentable.

Désinformation

Il semblerait qu’une des adjointes au Maire aurait démissionné au mois de mai. Je mets cette déclaration au conditionnel car aucune annonce officielle de ce départ n’a été faite. Par exemple, aucune note d’information n’a été affichée à ce sujet à la Mairie. Mes colistiers élus et moi-même n’avons reçu aucune confirmation de cette démission.

Cependant, un élément tend à confirmer cette rumeur. Dans le dernier bulletin communal, un nom a disparu de la liste des permanences des adjoints.

Mais bon, n’en parlez pas trop, ce n’est peut-être qu’un hasard ou une erreur d’impression…Ou un secret de polichinelle…

Toutefois, si la démission de Mme … est avérée, le manque d’information à ce sujet auprès de la population confirme la manière dont Mme Celka tient à gérer sa communication.

Son attitude et son silence expriment le mépris qu’elle porte aux habitants du village.

A suivre